@@ @@ La Bte Merveille

 ::  -* -*  ::  - -

default @@ @@ La Bte Merveille

   brahim 07, 2008 10:38 am

Rsum de la Boite Merveilles

Chapitre 1

Le narrateur adulte, min par la solitude commence son rcit pour mieux comprendre sa solitude qui date depuis toujours. Il prsente ensuite les locataires de Dar chouafa : lalla kenza la voyante ( au rez-de-chausse), Driss el Aouad , sa femme Rahma et leur fille zineb (au premier tage) et fatma Bziouya au deuxime tage).Il voque le souvenir du bain maure et de sa Boite Merveilles o les objets qui s'y trouvent lui tiennent compagnie . Puis, il relate le souvenir d'une dispute entre sa mre et Rahma .

Chapitre2 :

En revenant du m'sid , le narrateur trouve sa mre souffrante.. Lalla Aicha son amie, vient lui rendre visite et russit la convaincre de rendre visite Sidi Boughaleb.A la fin de cette visite, sidi Mohamed est griff par un chat. Fatigu , le petit enfant ne va pas au m'sid et nous dcrit les matines la maison tout en voquant l'origine de ses parents, et le souvenir de Driss le teigneux, l'apprenti de son pre.

Chapitre3 :

Le narrateur raconte sa journe au Msid . le soir, remarquant que Fatima Bziouiya s'claire avec une lampe ptrole, Lalla Zoubida insiste pour que son mari lui en achete une, ce qui est fait le lendemain. Ensuite, Il voque le souvenir de la disparition de zineb, et comment sa mre russit la retrouver la maison des Idrissides. Rahma, en guise de louange Dieu, prpare un repas pour les mendiants. Toutes les voisines y participent de bon cur.

Chapitre4 :

Les premiers jours de printemps, Lalla Zoubida et son fils rendent visite lalla Aicha. Sidi mohamed profite de l'occasion pour jouer avec les enfants des voisins .Lalla Aicha raconte ensuite son amie les malheurs de son mari avec son associ Abdelkader. Le lendemain, La mre rapporte ce rcit malheureux son mari. Celui-ci va voquer devant le petit sidi Mohamed le souvenir d'Abdellah l'picier qui racontait des histoires.

Chapitre5 :

Un mercredi, le Fquih explique ses lves ses projets pour Achoura. A la maison, Lalla Zoubida ne se fatigue pas raconter les malheurs de Lalla Aicha Fatima, puis Rahma leur faisant promettre de garder le secret. Ensuite, le narrateur relate le souvenir de la mort de Sidi Md Ben Tahar. Ayant assist la scne, le petit enfant fait un cauchemar la nuit.

Chapitre6 :

Pendant les prparatifs pour Achoura au Msid, le fquih organise le travail et forme des quipes. Le petit Sidi Mohamed est nomm chef des frotteurs .Le matin suivant, il accompagne sa mre la kissaria pour acheter un nouveau gilet. De retour chez lui, sidi Mohamed se dispute avec Zineb.Sa mre se met en colre. Triste et pris de faim,, le petit enfant plonge dans ses rveries. Le narrateur nous rapporte ensuite l'histoire de Lalla khadija et son mari l'oncle Othman raconte aux voisines par Rahma.

Chapitre7 :
la veille de l'Achoura, les femmes s'achtent des tambours et Sidi Mohamed une trompette. Il participe au Msid aux prparatifs de la fte. Le lendemain , il accompagne son pre chez le coiffeur o il coute sans intert les conversations des adultes.
Le jour de l'achoura, le petit enfant se rveille tt et met ses vtements neufs avant d'aller au m'sid clbrer cette journe exceptionnelle.. Aprs le repas, Lalla Aicha vient rendre visite la famille du narrateur.

Chapitre8 :

Aprs l'Achoura, la vie retrouve sa monotonie. Mais avec les premiers jours de chaleur, la mre dclare la guerre aux punaises. Un jour, le pre du narrateur dcide d'emmener sa femme et son fils au souk des bijoux pour acheter des bracelets . Accompagne de Fatma Bziouya, la famille du narrateur arrive au souk des bijoutiers mais le pre se trouve le visage tout en sang aprs une bagarre avec un courtier. Lalla Zoubida,superstitieuse, ne veut plus ces bracelets, elle pense qu'ils portent malheur. La mre raconte lalla Aicha la msaventure du souk. Sidi Mohamed tombe malade.


Chapitre9 :
Le pre a perdu tout son capital. Il dcide de vendre les bracelets et d'aller travailler aux environ de Fs. Sidi Mohamed souffre toujours de fivre. Le dpart du pre est vu comme un grand drame . Un jour, la mre rend visite son amie Lalla Aicha qui lui propose d'aller consulter un devin : Si elArafi .

Chapitre10 :
le narrateur voque le souvenir du voyant Si Elarafi. Lalla Zoubida rentre chez elle tout en gardant le secret de la visite... elle dcide de garder son enfant la maison et de l'emmener chaque semaine faire la visite d'un marabout.
Un matin elle reoit la visite d'un envoy de son mari. Lalla Aicha vient prie son amie de lui rendre visite le lendemain parce qu'elle a des choses lui raconter.


Chapitre 11 :

Chez Lalla Aicha, les femmes discutent. Elle reoit la visite de Salama, qui raconte son rle dans le mariage de Si Larbi avec la fille du coiffeur et les problmes du nouveau couple..


Chapitre 12 :
Le narrateur dans ce dernier chapitre raconte le retour de son pre. Sidi Mohamed raconte son pre les vnements passs pendant son absence. Le pre du narrateur apprend que M.Larbi s'est spar avec sa jeune pouse.. Sidi Mohamed, toujours aussi solitaire qu'au dbut et aussi rveur, sort sa boite merveilles et se laisse bercer par ses rves...





Je me sentis plus seul que jamais. J'tais de plus en plus persuad que c'tait bel et bien l'enfer. Dans les salles chaudes, l'atmosphre de vapeur, les personnages de cauchemar qui s'y agitaient, la temprature, finirent par m'anantir. Je m'assis dans un coin, tremblant de fivre et de peur. Je me demandais ce que pouvaient bien faire toutes ces femmes qui tournoyaient partout, couraient dans tous les sens,, tranant de grands seaux de bois dbordant d'eau bouillante qui m'claboussaient au passage. Ne venaient-elles donc pas pour se laver ? il y en avait bien une ou deux qui tiraient sur leurs cheveux assises les jambes allonges, protestant d'une voix haute, mais les autres ne semblaient mme pas s'apercevoir de leur prsence et continuent leurs ternels voyages avec leurs ternels seaux de bois., Ma mre prise dans le tourbillon, mergeaient de temps en temps d'une masse de jambes ou de bras, me lanait une recommandation ou une injure que je n'arrivais pas saisir et disparaissait. Devant moi, dans un seau vide, il y avait un peigne en corne, un gobelet de cuivre bien astiqu, des oranges et des ufs durs. Je pris timidement une orange, je l'pluchai, je la suai pendant longtemps, le regard vague. Je sentais moins l'indcence de mon corps dans pnombre, je le regardais se couvrir de grosses gouttes de sueur et je finis par oublier les femmes qui s'agitaient, leurs seaux de bois et leurs voyages inexplicable autour de la pice. Ma mre fondit sur moi. Elle me plongea dans un seau d'eau, me couvrit la tte d'une glaise odorante et malgr mes cris et mes larmes me noya sous un flots d'injures et de feu. Elle me sortit du seau, me jeta dans un coin comme un paquet, disparut de nouveau dans le tourbillon. Mon dsespoir dura peu, je plongeai la main dans le seau provision et je pris un uf dur , gourmandise dont j'tais friand. Je n'avais encore fini de grignoter le jaune que ma mre rapparut de nouveau, m'aspergea alternativement d'eau bouillante et d'eau glace me couvrit d'une serviette et m'emporta moiti mort l'air frais sur l'estrade aux baluchons. Je l'entendis dire la caissire :

-Lalla fattoum, je te laisse mon fils, je n'ai pas encore une goutte d'eau pour me laver.

Et moi :

-Habille-toi, tte d'oignon ! Voici une orange pour t'occuper.

1-COMPREHENSION


Situez ce texte dans l'uvre dont il est extrait.
Quel est le genre de cette uvre :
Une vritable autobiographie ?

Un roman thse ?

Un roman autobiographique



Justifiez votre rponse

O se trouve le narrateur ? quelle est la figure de style qu'il a employ pour dsigner ce lieu ? Justifiez l'emploi de cette figure.
Qu'est ce qui fatigue le plus l'enfant dans ce lieu ?
Qu'est ce qui distrait le petit enfant dans l'attente de sa mre ?
Etudiez les temps verbaux du texte (les temps utiliss et leurs valeurs)
Elle me sortit du seau, me jeta dans un coin comme un paquet, disparut de nouveau dans le tourbillon Relevez de cette phrase deux figures de styles tout en justifiant.
Est-ce que l'enfant comprenait tout ce qui se passait autour de lui ? qui le montre ?
2-PRODUCTION ECRITE


Le bain maure est un lieu typiquement marocain. Vous en gardez certainement des souvenirs qui datent de votre enfance. Evoquez dans un rcit la premire personne quelques uns de ces souvenirs.

REPONSES

Le texte est extrait de La Boite Merveilles, roman caractre autobiographique d'Ahmed Sefrioui, l'un des premiers crivains marocains d'expression franaise n en 1915 et mort en 2004. Dans ce roman, paru en 1954, Le narrateur, Sidi Mohamed, se rappelle de son enfance en racontant ses souvenirs comme s'il s'agit d'un album d'images ineffaables.Parmi les souvenirs qui restent tatous dans sa mmoire de vieux, on trouve celui du bain maure.
L'oeuvre est un roman autobiographique puisque le narrateur( apparemmment diffrent de l'auteur ( Ahmed#sidi mohamed) raconte ses souvenirs d'enfance ( une partie de sa vie)
sidi Mohamed se trouve avec sa mre dans un bain amure. Le narrateur a employ le mot " enfer" pour dsigner ce lieu. Il s'agit d'une mtaphore ( le bain est compar un enfer) et encore plus d'une hyperbole puisque le sens ici est exagr.
Ce qui fatigue le plus le petit enfant dans ce lieu, c'est l'atmosphre de vapeur, les personnages de cauchemar qui s'y agitaient et la temprature
En attendant sa mre, l'enfant passe son temps regarder les autres femmes s'agiter autour de lui et en mangeant une pomme ou un oeuf dur
Dans ce texte narratif, le systme des temps verbaux est caractris par l'emploi de l'imparfait et du pass simple. L'imparfait est utilis surtout pour les actions rptitives (Ma mre prise dans le tourbillon, mergeaient de temps en temps ) ou des actions qui durent (les personnages de cauchemar qui s'y agitaient) ou mme pour la description ( j'tais friand). Quant au pass simple, il est employ surtout pour les actions successives (Je pris timidement une orange, je l'pluchai, je la suai pendant longtemps) ou des actions soudaines ou brves ( ma mre fondit sur moi, ma mre rapparut de nouveau)
Il s'agit d'abord d'une comparaison ( me jeta comme un paquet), et puis d'une mtaphore ( le tourbillon). Cette mtaphore peut tre considre aussi comme une hyperbole.
Le petit enfant ne comprenait rien en ce qui se passait autour de lui. Il se demandait ce que pouvaient bien faire toutes ces femmes
avatar
brahim



: 96
: 0
: 1
: 06/02/2008


:
10/10  (10/10)

    

default : @@ @@ La Bte Merveille

   zizo2008 09, 2008 4:36 am

...

zizo2008



: 19
: 0
: 3
: 09/02/2008

    

default : @@ @@ La Bte Merveille

   brahim 09, 2008 8:27 am

zizo2008
avatar
brahim



: 96
: 0
: 1
: 06/02/2008


:
10/10  (10/10)

    

default : @@ @@ La Bte Merveille

    09, 2008 9:01 pm


brahim



la Boite Merveilles





avatar




: 138
: 27
: 0
: 51
: 06/02/2008

    

default : @@ @@ La Bte Merveille

   miss chaimae 26, 2012 10:30 am

merciiiiiiiiiii 3ta9tini wlh

miss chaimae



: 1
: 22
: 10
: 1
: 23/09/2012

    


 ::  -* -*  ::  - -

 
: